Le piratage c’est mal… ou pas.

Le piratage c’est mal m’voyez ! (Comme le dirait un célèbre professeur)

Voler des idées, des créations, des images… c’est mal. Mais si on ne mettait plus le mot piratage en association avec le verbe voler et qu’on parlait plutôt de partage ?

J’ai toujours pris ces reproductions illégales non pas comme illégales, mais comme un partage, un accès à la culture pour chacun.

Je n’avais pas de quoi acheter des DVD, des CD, je travaillais pour payer mes études, mon loyer etc… je n’avais pas de budget culture. Je lisais des bouquins empruntés à la bibliothèque, je regardais des films, écoutais de la musique, empruntés à la médiathèque. Quelle est la différence entre télécharger un film, le regarder et l’effacer ou l’emprunter, le regarder et le rendre ? L’artiste est-il réellement rémunéré pour chaque emprunt ? Je ne pense pas.

LES FILMS :

Après, ceux qui n’ont pas les moyens d’accéder à cette culture télévisuelle doivent se contenter de la tv… mais sincèrement, y’a vraiment des gens qui arrivent à regarder les merdes que nous fait bouffer Endemol ?? Parce que bon… dans le genre lessivage de cerveau… y’a pas mieux…

Bon après je dis pas que les prod hollywoodiennes sont meilleures hein, je veux juste dire que la culture devrait être accessible à tous. Genre avec un abonnement comme ils le font déjà pour… la musique.

LA MUSIQUE :

Spotify, et son concurrent deezer, ont fait une véritable avancée dans ce sens : 10€ par mois et la musique est illimitée (bon j’ai toujours un jamendo pas loin pour les incontournables tel que David TMX par exemple). Perso, j’ai acheté mon premier vrai CD à moi avec mon argent la semaine dernière… Eh oui, 29 ans que j’écoute, j’emprunte, je deezer et spotify (depuis que ça existe) sans acheter par moi-même ces objets rigolos. Rigolos oui mais encombrant, je me suis empressée de le ripper et de le mettre dans mon smartphone qui me sert de walkman (oh le terme sexiste et trop vieux en plus !). Mais là encore, j’ai payé pour avoir Giédré dans mes oreilles et je compte en abuser. Et même si j’ai apprécié sa BD en papier toilette qui sert à s’essuyer si on le lit aux WC, j’avoue que je préfère mon smartphone pour avoir ma musique à portée de main.

Bref un CD en 29 ans et un spotify en illimité j’trouve que c’est sympa.

J’en reviens donc à ma première question : c’est du partage ? C’est un accès à la culture pour (presque) tous ? C’est du v(i)ol ?

En élargissant un peu (non non y’a rien de sexuel) copier un produit pour le rendre accessible à tous, c’est du vol ? C’est du partage ? Un exemple concret ; pirate-parfum. Est-ce du vol ? Peut-on qualifier ce concept de partage ?

LES PARFUMS :

Entre nous, jamais je n’aurai pensé acheter un parfum du genre Chanel, Dior etc… Et pourtant, lorsque je suis tombée (par hasard) sur ce site, j’ai commandé 3 parfums pour moi, un pour ma mère, un pour mon cher et tendre et un dernier pour un collègue qui voulait tester.

Pour ce qui est de cette commande, je ne pense pas avoir trahi les grandes marques puisque je ne les aurais jamais acheté pour moi (pour ma mère c’est différent, je sais qu’elle aime le Chanel N°5, je lui ai pris l’équivalent et elle l’a adopté). Par contre j’aime l’approche que cette société a : pas de chichi, un packaging sobre et simple comme je les aime et des parfums qui sentent bon.

Contrairement aux grandes marques, pas de pub à gogo, pas de bouteilles de parfum qui ne tiennent pas debout, pas besoin d’aller dans une parfumerie où le prix me fait peur avant même de sentir le produit. Mais personne ne se demande comment c’est possible de passer de 100€ les 100ml à moins de 30€ ? Je veux dire, la recherche a été amortie depuis le temps, alors comment est-ce possible ?

Mon avis est assez simple (et ne reste que mon avis) : le luxe est un marché qui fonctionne parce que c’est cher. Si le Chanel 5 coûtait 30€, ceux qui se le paie aujourd’hui ne l’achèteraient plus et se tourneraient vers un parfum plus cher. Un peu comme les femelles qui préfèrent acheter des Louboutins à 600€ plutôt que des chaussures à talons identiques mais sans la fameuse semelle rouge à 30€…

Donc pour moi c’est rendre accessible à qui le désire, à qui ne regarde pas le packaging, un produit qui est normalement réservé à une élite.

Je ne vais pas trop m’attarder sur les livres car la plupart des grands classiques se trouvent en bibliothèque ou même en téléchargement gratuit et légal. Après il y a toujours les autres livres (électronique ou non) qui peuvent également se télécharger légalement pour quelques euros. Après j’avoue que à part lire le man ou des articles sur la toile je ne lis que très peu de livres papiers (là encore j’achète très peu de livres, Stéphane Guillon a été le privilégié de ma bibliothèque).

Pour moi, la connaissance appartient à tout le monde, la culture se partage et les idées se défendent. Même si tout travail mérite salaire, n’est-il pas plus gratifiant de récolter ce qu’on mérite ? Un artiste qui sera apprécié sera téléchargé et aidé par ses fans, c’est pourquoi il continuera ses concerts/créations etc… (et on le voit avec tous ces artistes indépendants). La maison de disque est donc pas vraiment utile si on en reste à la création. Après pour ceux que ça ne gêne pas d’être considéré comme un pur produit marketing et s’ils le vivent bien tant mieux pour eux, mais je ne les achèterai pas, je ne financerai pas ces grandes maisons qui s’engraissent sur le dos de potentiels artistes.

Voilà voilà, j’en arrive à ce moment gênant où je me relis et où je me dis “mais putain la tartine quoi !”… Je te félicite, toi, petit lecteur (ou grand hein (et ça marche aussi au féminin)) d’être arrivé au bout de ce pavé qui m’a pris mon après midi (ouais ouais c’est pas que j’écris lentement, c’est juste qu’entre deux paragraphes je me dandine tantôt sur Giédré, tantôt sur les Fatals Picards alors… c’pas facile la vie ;))

Bisous ++

About Kykoonn
Geek refoulée, préfère ses PC aux zumains, aime les licornes et la mirabelle liquide.

No Comments, Be The First!

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.